Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 14:30

Ta dernière blague ne m'a pas fait rire.
D'ailleurs j'en ai oublié le début,
le
milieu
et
la
fin.


Je ne me souviens que de la chute,
de ses mouvements saccadés comme un ralenti obcène qui fait durer l'attente,
qui fait revivre ce qui n'a pas encore eu lieu;
l'avenir inéluctable et proche duquel on se retire, avec la souplesse d'un
élastique,
avec la rapidité d'un
élastique dont le l'élan prévisible
se
répète inlassablement,
puis
se
lasse.


Je ne me souviens que du sentiment de la chute.
Son silence s'est étalé comme une encre se couche sur du papier, avec impudeur
et cruauté
ne sachant pas qu'il allait être brisé,
ayant déjà survécu
à
maintes lectures
et aux froissements.


Je ne me souviens que du sentiment.
La fêlure du miroir piqué reflétait une image de moi
en noir
et blanc,
apaisante et tragique,
déchirée en son milieu,
vidée de ses mondes possibles,
étoilée,
sans lune.


Le temps a débordé, et puis, il a fui.
Les rustines ne tiennent plus, leurs mensonges s'échappent avec un petit sifflement qui rappelle que le cocasse(*) n'est jamais loin.


Je me tasse dans un coin.
En fait, je m'entasse.
Je fais les comptes.
Le temps fait le décompte,
et
je me rends compte
que
je n'en ai plus qu'un.
Nos valses en avaient bien trois?


Je me replie sur une ile entourée de terres que la pluie ne parvient pas à recouvrir. Les sables meuvent et engloutissent l'océan.
Tous les liquides sont en voie de disparition et il ne me reste plus qu'une cartouche d'encre. "Je" n'est plus un autre. Ma mémoire l'a perdu.

J'ai la syn-
cope
du détail.
Cinéma-
scope.
L'image est large et plate.
L'angle est grand.
L'horizon est de plus en plus
proche.
Je n'ai pas sommeil puisque je suis endormie.
J'attends un frère dans le bois mourant.
Je suis un film muet et ne me fie qu'aux apparences, les réalités n'étant pas moins trompeuses.
Je sais bien que l'homme qui rit y est contraint par des perspectives dépravées,
peintes à la main sur du carton, inventées
par un artiste
employé à
fabriquer des paysages,
des ruines et des regards.


J'ai la liberté
désespérante.
A chaque fois que j'ouvre les yeux, le monde me semble plat ,
et pourtant il tourne, il tourne,
et ne fait que tourner sur lui-même, sans jamais se retourner.
Alors,
j'avoue que
parfois,
souvent,
tous les jours,
je me détourne,
me détourne du
monde
et me retourne pour
te retrouver
et
tenter de
comprendre ta dernière plaisanterie.


Cette blague dont la chute t'a emporté.

Le titre est moins important que le sous-titre

 

 

 

(*) prononcer: "le silence" 

Repost 0
Published by X.TiN Peinture - dans 2015 Raconter videos
commenter cet article

  • X.TiN Peinture
  • Un parcours d'autodidacte, en dents de scie...
  • Un parcours d'autodidacte, en dents de scie...

Recherches Sur Ce Blog

PLAN DU BLOG

Depuis la nouvelle mouture d'over-blog, je classe mes archives qui ont disparu et vous retrouverez désormais des tags 2007 à 2013 en lieu et place des archives.

LES TAGS ci-dessous:

ERRER: regroupe des textes au gré de mes promenades. RACONTER: des textes souvent illustrés de peintures ou de dessins.

Tags